Advertiment, el nostre lloc web pot no mostrar-se o funcionar correctament en el seu navegador.
Et recomanem que ho actualitzis, si pots.

Actualitzar el meu navegador
No vull o no puc actualitzar el meu navegador
BackBackMenuCloseCerrarPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

ECOFEMINISTES

Projet d'art et de témoignages militant

Sobre el proyecto

"ÉCOFÉMINISTES" est à la fois un projet d'art et un projet fondamentalement militant. 

Durant 15 mois je suis partie à la rencontre de 13 femmes et d'un homme, tous acteurs de leurs vies, défenseurs de l'environnement et activistes féministes. Je les ai photographiés en environnement naturel tout en recueillant et compilant leurs propos.

Profondément convaincus que l'exploitation de la femme et l'exploitation des ressources naturelles et des ecosystèmes ne font souvent qu'un, nous sommes partis à la découverte des multiples faces de l'écoféminisme. 

Extrait : « Ce qu’évoque l’écoféminisme en moi, le premier mot qui me vient à l’esprit, 
c’est le mot « pouvoir ». Non pas celui qui a été mis en avant durant des décennies, pas celui qui blesse et qui écrase autrui, mais celui qui guide et nous rend entier, celui qui nous permet de s’approprier à nouveau sa vie, son corps, ses choix, sa santé, son chemin, son monde. Celui qui nous donne toutes les cartes pour faire ses choix en conscience, celui qui nous relie à notre environnement et nous rend lucide quant à notre impact sur la nature, celui qui nous est donné par le savoir, la connaissance, une vérité universelle transmise de génération en génération.» - Maxine 


 

LE CONTENU : 

Dans cet ouvrage, je vous propose de découvrir les bases du courant écoféministe et la manière dont les protagonistes photographiés et interrogés articulent leurs vies pour organiser une lutte engagée via leurs choix professionnels, personnels ou associatifs.

Elles sont ingénieures, écologue, enseignantes, artistes, passionnées, responsables d'associations, ayant choisi des modes de vies alternatifs et de faire concorder leurs choix avec l'éducation de leurs enfants. 

Des dizaines de questions leur ont été proposées à la suite des prises de vues et j'ai pris un immense plaisir à relire les 194 pages de témoignages qu'elles m'ont envoyé et à en compiler les moments forts pour créer une fresque de propos cohérents, percutants et menant à une réflexion sur le monde de demain et la place forte des femmes pour la préservation de leurs droits et de notre environnement. 

Ce livre ne porte pas d'injonctions, pas de grandes utopies, il n'idéalise pas les femmes et ne s'inscrit pas dans un mouvement tendance d'écologie quotidienne. Les doutes, les retours en arrière, les remises en questions s'invitent au fil des pages et construisent une image réelle et authentique de ce que peut être la vie d'une femme qui décide de renoncer à ses chaînes pour rejoindre la voie de l'essentiel malgré le tribut élevé que cela peut coûter aux yeux de la société.

L'ouvrage comprends également quelques citations d'actrices phares des mouvements écoféministes pour vous aider à la compréhension historique et globale du courant. 

 

 Extrait :« L’une des choses qui m’ont particulièrement marquée au sein du collectif, fut le fait de 
rencontrer et côtoyer des femmes réellement libres. Les schémas auxquels j’avais été confrontée, dans un quotidien tristement commun, étaient soudain renversés. 
Dans cet univers marginal, la plupart des femmes s’offraient une indépendance qui n’avait rien d’un luxe, c’était simplement leur ordinaire, pour elles il ne pouvait en être autrement : elles voyageaient seules, coupaient leur bois de chauffage au merlin, ne s’obligeaient pas à assurer le duo ménage-cuisine pour l’ensemble du groupe, assumaient pleinement leur nudité, leur sexualité était sans tabous, elles ne s’épilaient pas, se souciaient globalement très peu des habits qu’elles portaient tant qu’ils étaient pratiques pour évoluer en extérieur. » - Julie


LES LIEUX : 
 

Les photographies ont été majoritairement réalisées sur le Mont Ventoux dans le Vaucluse dont l'entrée Nord se situe à quelques rues de mon domicile et que je suis particulièrement attentive à préserver.

Le dernier quart de l'ouvrage a été photographié en Isère dans les massifs de Belledone et de la Chartreuse . Durant ces prises de vues, nous avons mis en commun notre amour de la faune et de la flore et sommes allées à la recherche de nous-même sur 4 saisons pour illustrer les causes que nous portons au quotidien dans notre vie.



Extrait :« Très vite, j’ai placé le curseur de mes priorités et intérêts sur « la Nature ». 
En tant qu’espace de vie, de ressource vitale, mais aussi en tant qu’entité menacée.
Je me suis intéressée très tôt au mouvement de la Décroissance, dont je me réclamais plus ou moins, et qui prône ce qu’on appelle aujourd’hui la « slow life », un mode de vie simple, frugal si l’on en a envie, peu matérialiste, anti-consommation de masse et porté plus sur les rapports humains authentiques que cybernétiques ou consuméristes.

J’ai besoin d’abattre les frontières des murs et du toit, de repenser la notion d’habitat pour laisser entrer dedans cette nature intense et sauvage. J’ai besoin de la brume qui rentre par la fenêtre ouverte. J’ai besoin des cris des animaux sauvages. Je ne veux pas de campagne aseptisée ni de parcs taillés, j’ai besoin d’être à côté de la nature 
immense, brutale et violente des montagnes. » - Ysambre

 

DON : 

Les participantes ont décidé d'un commun accord d'offrir leurs parts sur l'ouvrage à deux associations. 

L'écoféminisme n'est pas une question occidentale. Porté en Asie par Vandana Shiva, le souci de l'égalité des femmes à travers le monde nous est particulièrement sensible. 

J'ai donc choisi pour la partie féministe de soutenir l'association CARE, association internationale de lutte humaniste pour la reconnaissance et l'égalité des femmes dans les pays très défavorisés axé également sur la fin de la précarité menstruelle et de l'esclavage domestique. 

J'ai également décidé de soutenir le refuge Vauclusien de l'association LPO PACA qui agit sur la protection de la faune sauvage et des oiseaux de la région. 


 

LE LIVRE : 
 

Le livre dans sa version simple est en format A4 et possède 144 pages imprimées sur papier semi-mat satiné. La couverture est souple cartonnée, impression nacrée. 

Vous y retrouverez plus de 60 photographies dont de nombreuses inédites jamais présentées.

Une introduction et une présentation de l'écoféminisme par les participants vous permettront de mieux appréhender le sujet avant de vous plonger dans les témoignages articulés comme un reportage autour de thèmes majeurs de l'écoféminisme : décroissance, sexisme, végétarisme, mode de vie alternatifs, décroissance, place de la femme occidentale et de la femme dans le monde, appropriation culturelle, groupes de parole, matrescence...

 

Para qué es la financiación

Extrait : « La première ouverture et prise de conscience que j’ai vécue c’est celle du ralentissement, j’ai dû ralentir pour regarder le monde « être ». J’ai observé, écouté, senti, ressenti, touché, goûté, utilisé cette incarnation pour voir la vie vivre. Comment vivre si on ne vit pas la vie ? Si on ne la voit pas vraiment ? Être sans cesse poussé dans l’action, dans la vitesse, la performance, l’efficacité, ne permet pas de voir. Ce sont des œillères qui réduisent une capacité sensorielle de 360° à un regard fixé tout droit avec un angle étroit sur un objectif qui lui est toujours dans l’avenir, jamais dans le présent, et dès que l’objectif arrive au présent il n’existe plus il est « accompli ». Selon mon expérience « Être » ne peut pas être accompli, l’« Être » vit et n’est pas dans une course à ce qui est dans l’avenir. » - Ryan

LE FINANCEMENT

Le financement va servir à pré-commander l'ouvrage dont je vous propose deux versions.

Tous les livres seront signés de ma main. 

  • Une version simple en format A4 cartonné nacrée, impression sur papier semi-mat de qualité supérieure.
  • Le pack deluxe vous propose en plus du livre un lot d'autocollants ronds de 4 photographies différentes et deux cartes A5 de remerciement signée main proposant deux photos différentes du projet, imprimées en version supra.

Chaque contrepartie inclut une participation de 0.75€ pour l'association CARE et une participation de 0.75€ pour l'association LPO PACA.

Dans le prix de votre ouvrage : 

  • Les frais d'impression du livre
  • Le pourcentage Ulule (8%)
  • Les charges (13%)
  • Les frais d'envoi (8€ pour la France / 22€ pour l'étranger)
  • Les frais logistiques (enveloppes...)
  • Les contreparties éventuelles
  • Le don associatif
  • Ma rémunération

 



Extrait :« La science n’est pas une croyance et démontre le dimorphisme sexuel sans jugement de valeur, la présence d’ethnies et non de races, la présence de sexualité autres qu’hétérosexuelles, la présence de conscience et de sensibilité chez les autres êtres vivants, la présence de nombreux milieux écologiques et leurs fragilités, la présence d’un dérèglement climatique, les séquelles des violences, etc. De fait, je suis contre toute discrimination allant à l’encontre de ces vérités. 
S’il faut se référencer aux différents types de féminismes, j’adhère principalement au féminisme matérialiste, intersectionnel et pro-sexe. Il est indispensable que la lutte contre la dégradation de l’environnement soit paritaire. Nous ne devons plus accepter que les initiatives soit considérée comme l’affaire des femmes au quotidien. Et nous ne devons plus accepter que la parole dans les médias soit en priorité accordé à des hommes. Si on demandait la liste des grands défenseurs de la nature connu en France, on nous répondrait sans doute Nicolas Hulot, Cyril Dion, Pierre Rabhi, Pablo Servigne et j’en passe. Où sont les femmes ? Nous étions pourtant beaucoup sur les bancs de la fac à apprendre la défense de l’environnement ! » - Priscille

Sobre el creador de proyecto

Je suis Hélène, j'aurai 29 ans à la fin de l'été. 

Officiellement, j'ai deux métiers. Je suis artiste photographe et accompagnatrice des femmes et de la naissance (autrement appelé "doula"). C'est du moins ce que je dis sur mes papiers, à tous les interlocuteurs que je rencontre.

​Mais ces deux professions sont bien plus imbriquées, bien moins cloisonnées et fonctionnent ensemble dans le souci constant d'empowerment féminin et de la lutte féministe et écologiste. 

Comme photographe, j'ai créé mon entreprise à 19 ans.

Petit à petit ma pratique a évolué vers l'accompagnement des femmes par la photographie avec dans un premier temps le projet "C'est à vous, ma soeur", financé sur Ulule, traitant de la condition de la femme au XVIIIe siècle. C'est en 2017 que s'ouvre à moi la voie que j'attendais depuis toujours, celle de l'activisme par l'accompagnement avec la mise en place du projet "Résilientes" (là aussi financé sur Ulule), projet d'ouvrage photographique et thérapeutique regroupant les témoignages et portraits de 30 femmes ayant vaincu l'adversité. 

En 2018 je me forme au métier de doula après être devenue mère par deux fois.

J'accompagne depuis les familles dans la naissance de leur enfant, chez eux, en salle de naissance, dans l'allaitement, l'émerveillement, la réalité crue de la maternité, la création du lien mère-enfant ou la difficulté maternelle.

Ma voie est la leur, mon but, celui de faciliter leur propre reconnaissance.

Je rejoins juste après ma formation l'association nationale Doulas de France dont je suis membre du conseil d'administration.

Chaque mois je facilite des groupes de parole pour les femmes, j'organise des ateliers d'estime de soi et de reprise de pouvoir sur sa féminité et sa vie de femme.

Depuis 2020 j'ai l'honneur d'être également formatrice et responsable de la communication au sein du Centre Galanthis, organisme de formation aux métiers du lien où j'ai notamment été active dans la création des modules sur l'estime de soi, l'esprit critique et l'accompagnement des femmes. 

Parallèlement, je n'ai jamais cessé de photographier et me suis spécialisée dans les causes écoféministe fin 2018.

J'ai l'immense chance de vivre au gré du vent au pied du Mont Ventoux dans le Haut Vaucluse où sur mon temps libre je me nourris de nature, d'art, de sciences, d'Histoire ma troisième grande passion. Je peaufine mes compétences culinaires vegan pour le grand déplaisir de mes enfants tout en câlinant mes deux chiens, toujours dans mon champ de vision, et en apprivoisant le handicap qui a fait une intrusion fracassante dans ma vie à l'été 2019. 

J'ai pris un plaisir immense à créer "ÉCOFÉMINISTES", parfois boostée, parfois découragée, je crois en le meilleur moteur de la vie : l'espoir, que je souhaite aujourd'hui partager avec vous.

 

Share Síguenos