BackBackMenuCloseCerrarPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Haïti : l'Art de (re)construire - Documentaire

De l'initiative "Un piano pour Haïti" à la prospérité culturelle et sociale.

Sobre el proyecto

La culture, levier du développement de la société ?

Après la catastrophe écologique de 2010 en Haïti le territoire est littéralement dévasté : les lieux de culture, qui font partie intégrante de la vie des haïtiens ne sont pas épargnés. Célimène Daudet, une pianiste originaire d'Haïti fait ainsi un constat frappant, plus un seul piano à queue n’est présent sur l'île. Elle initie alors le projet de soulever des fonds afin de ramener en Haïti le 1er piano à queue depuis 2010 et créer autour de ça le premier festival de musique classique haïtien qui aura lieu du 8 au 15 novembre 2017. Ce festival à tout autant pour objectif de promouvoir la culture haïtienne, que de rassembler un peuple, une société toujours en reconstruction.

Célimène est une pianiste que nous avons rencontrée il y a quelques années maintenant, et avec qui nous avons réalisé plusieurs vidéos pour présenter son répertoire. Suite à son initiative "Haïti Piano Project" dont elle nous a parlée et qui nous a beaucoup touchée, est né notre envie de confronter les préjugés à la réalité. Il nous est alors paru évident de profiter de cette occasion pour tenter de comprendre le lien qui existe entre une société en crise et une culture foisonnante. Nous avons ainsi décidé de nous lancer dans la réalisation d'un documentaire sur la place de la culture en Haïti.

En effet, une question légitime se pose : investir plusieurs milliers d’euro dans la venue d’un piano est il réellement bénéfique au bien être de la population ? En quoi cela participe t’il à résoudre la crise qui touche Haïti ?

Haïti est effectivement gravement en crise : Crise politique, crise humanitaire, extrême pauvreté. Quelle est donc la place de l’art et des artistes au quotidien dans la société ?

A travers ce documentaire, nous suivrons, en fil rouge, la création de ce premier festival de musique classique en Haïti, de l’arrivée du piano sur l’île jusqu’aux concerts. Nous partirons à la rencontre de différents artistes, qu’ils soient peintres, musiciens, sculpteurs, poètes, cinéastes pour mieux comprendre la richesse de la culture haïtienne, sa sauvegarde à travers l’éducation ainsi que son impact historique, économique, social, politique et spirituel, notamment avec la place importante des rites vaudou. Nous irons donc aussi nous entretenir avec des journalistes, des enseignants, des responsables associatifs et culturels, des responsables politiques…

C’est à travers ce prisme que nous décrypterons la relation particulière qui existe entre les haïtiens et leur culture et comment elle se place comme vecteur essentiel de la reconstruction d’une société en crise.

 

Notre page Facebook : https://www.facebook.com/HaitiPianoProjectFilm/

Site internet du Haïti Piano Project : https://haitipianoproject.org

Para qué es la financiación

 

L'objectif est de réaliser un projet qui soit de grande qualité, sur le fond comme sur la forme. Nous possédons notre propre matériel (3 appareils Panasonic GH5, trépieds, stabilisateurs, drône, rails de travelling, matériel son…) mais il se peut que nous soyons amenés à louer en plus un peu de lumière et autres accessoires. C’est un documentaire complètement indépendant et un projet de cette nature nécessite un temps important pour la préparation du sujet, le tournage ainsi que pour le montage et la postproduction.

L’ensemble des dons récoltés pourront donc servir à rembourser une partie des frais de déplacements (billets d’avion, voiture de location etc…) mais aussi du logement une fois sur place puisque nous allons y rester un mois.

Le financement pourra aussi servir pour la postproduction et notamment pour les différents éléments suivants :

- 3 jours de mixage en auditorium avec un mixeur et un recorder : 2000 €

- 2 jours d'étalonnage de la version salle : 800 €

- La fabrication du support de diffusion en salle (DCP) : 500 €

Si le seuil des 5000 euros est dépassé, nous pourrons également faire appel à un compositeur de musique pour la création de la bande originale. Cela nous permettrait également d’assurer la traduction et le sous titrage en anglais, voire même dans d’autres langues.

Tout argent supplémentaire sera intégralement reversé à une association pour Haïti.

Pourquoi un financement participatif ? Il nous semble que c'est le meilleur moyen pour toucher le public le plus vaste possible et donner ainsi au film le meilleur avenir possible. Ce projet va encore évoluer au cours des prochains mois. Vous serez informés en temps réel des nouveautés apportées.

 

 

JOURNAL DE BORD

 

JOUR I : Découverte de Port-au-Prince à travers la fête des morts, dite des Guédés.

Notre nouvel ami Farrid nous guide dans le gigantesque cimetière de la ville, où les cérémonies vaudoues fourmillent.

Rencontre avec "l'Empereur", prêtre vaudou à Port-au-Prince

JOUR II : Rencontre avec le rappeur Fantom, rappeur le plus influent d'Haïti, et son frère Dutty.

Immersion dans le ghetto avec Boombox, avec un interview et un freestyle insolite au milieu de la population.

JOUR IV : Immersion dans le cimetière de Port-au-Prince pour percer le mystère de la spiritualité haïtienne...

JOUR VI : En route vers le festival international de musique classique à Jacmel, avec David Bontemps, pianiste et compositeur haïtien, de retour au pays pour un concert unique.

JOUR VII : Matinée dans une galerie d'art de Jacmel. Tous les artistes se sont prêtés au jeu !

 

 

JOUR VIII : Présentation de notre documentaire en direct sur Radio Télévision Espace, avec Billy Elucien.

JOUR IX : A la découverte de Jacmel, cité rayonnante, qui a accueilli pendant 4 jours le festival Haïti Piano Project, et où nous avons fait plusieurs rencontres enrichissantes.

 

Sobre el creador de proyecto

L'équipe :

Elle se compose de Kevin Duval, Valentin Gaffié, Alexis Pautler et Clément Beauvois. Nous sommes quatre amis de longue date, sortis d’école de cinéma en 2012. Nous travaillons depuis sur Paris dans la réalisation de films publicitaires et institutionnels, de la captation de concerts et pièces de théâtre etc... Suite à la rencontre avec Célimène Daudet qui est l’initiative de ce projet, nous avons été touchés et avons décidé de nous lancer dans la réalisation d’un premier documentaire et de partager cette aventure humaine et culturelle.

 

Célimène Daudet :

Elle voulait revoir son Haïti. L'île où est née sa mère, où ses parents – tous deux universitaires – se sont rencontrés, et où elle-même, née à Aix-en-Provence il y a trente-neuf ans, est allée une fois, enfant, sans jamais y retourner depuis. « Ce pays, je l'avais au fond de moi sans le connaître », nous confie-t-elle, se disant « imprégnée » par la culture haïtienne, « la cuisine, les tableaux de naïfs haïtiens accrochés à la maison... ».

Mais pour Célimène Daudet, pas question de revoir cet Haïti « seulement pour s'y balader ». La belle métisse n'imaginait pas autre chose que d'y faire ce qu'elle sait faire de mieux. Et en quoi elle excelle. A savoir, avec son toucher à la fois soyeux et ultra précis : jouer du piano. Alors, les gens de l'ambassade de France ont cherché pour elle un instrument sur lequel elle pourrait se produire. Las, les seuls spécimens trouvés sur l'île n'étaient plus en état de marche depuis belle lurette, ou bien avaient été ensevelis sous les décombres du terrible séisme qui fit plus de 230 000 morts en janvier 2010. Et c'est ainsi que la musicienne a eu l'idée de son Haïti Piano Project. Avec une dizaine de bonnes âmes et quelques sponsors (dont l'Institut français d'Haïti), la voilà embarquée dans une opération lourde en logistique et en symbolique, et au parfum rocambolesque.

Article entier : http://www.telerama.fr/musique/un-piano-pour-haiti-le-projet-fou-de-celimene-daudet,161168.php

 

FAQ

Si tienes otras preguntas, te aconsejamos contactar con el creador del proyecto

Haz tu pregunta Denuncia este proyecto