The Instant

A movie about that little tiny moment that changes everything within you

Acerca de

Marion and Raymond is a young, playful and crazy in love couple. They decide to take a trip to the seaside. It is one of those lovely, hot summer days. They both long to get to the beach, lying down, feeling the smooth sand and the warm skin of the other. But the trip does not go as planned and instead they are faced with the cruelty of life...

With a script based on a novel by the swedish autor: Stig Dagerman, I want to shoot this short movie I've named: The Instant in Normandie, France. The film is about that little moment when we are completely powerless and forced to face life as it often is: bigger then ourselves. 

We live in a era when everything can be controlled, at least so we think, or like to think. We want to control life, death, even love. We are scared to death to be carried away by the unknown, but still those small tiny instants occure, and sweep us away. What are we then, faced to those moments when nothing is what we want it to be and nothing will be as we planned it to be...

Those moments force us to face life the person in front of us and above all ourselves......

This is a movie about love, fear, sorrow, happiness, desperation, growth and those moments which we all are faced to but never wish for. 

To realise it we have formed a promising team with devoted people. The comediens are passionate, young people with lots of experience from theatre, cinema and real life, ready to give it all.

As the Director of photography we are very proud to present the reputed Odd Geir Saether (has shot more then 20 feature films, he can be found at imdb.com). His assistant will be Samuel Toutain. First assistant director is Mélanie Dubois, sound ingenéer is Jean-Philippe Boinot and myself Nathalie Lidgren Sebghati as Director. We form the core of the technical team. Producer is Magali Heider Aviet

Actors

Anne Marchionini - as Marion (leading female role)

 


Benoît Michaud - as Raymond (leading male role)

 

Catherine Bletsas as Catherine 

 

Alice Bletsas as Rita

Para qué es la financiación

Our total budget for the project is 1 685 €:

preparations - 260 €

materiel - 500 €

living expenses/cotumes - 330 €

travelling expenses - 350€

Divers, unexpected costs 7% - 245 €

This is a very restrined budget and we have already covered for housing and some material.

The 200€ we ask for here is a pure minimum, but we hope to exceed it.

 

 

Sobre el creador de proyecto

A bit about me:

I'm of swedish origin, but am now living in Paris.

I have a master in psychology from Stockholm University, but decided I wanted to use my psychological knowledge rather to make films. It is now two years that I work in the audiovisual field, having touched at different areas such as, animal documentaries, news spots, publicity and fiction.

I've made a short-documentary earlier this year, called: Moi ou Nous? - Face à Cupidon (trans. Me or Us? - Face to face with Cupidon). It can be seen on youtube.

I'm openminded and curious about the different places and people. I travel frequently, sometimes to unexpected places like Pakistan (I wrote my master thesis about violence there). But I also love to travel within Europe and explore new, small corners of paradice.

I'm a passionate and dedicated  person, at work and in life so you can expect nothing less then that I will give everything to bring this boat set off at sea, back to land filled with beautiful moments.

 

Curious facts:

I have a passion for bonsaï trees, which is not very practical when you have the kind of work I have...

When I don't practice yoga for two weeks I feel weird

I dream to go to Argentina to dance tango, I would dance me feets off!

I named my cat after the caracter "Norpan" in Dr Snuggles 

Paris is for me at it's best at night time, wondering the streets of shaddows, otherwise I'm more of a countryside person

Jane Campion, James Grey, Henry Miller, Ingmar Bergman, Vittorio de Sica and Terrence Malick are some directors that inspires and fascinate me.

 

                                                                                 Nathalie Lidgren Sebghati

                                                                           Short Movie director

 

                                 

Stig Dagerman


En français:

Cela fait longtemps que l’histoire Tuer un enfant (d’auteur suédois Stig Dagerman) me fascine. Je me rappelle très bien la première fois que je l’ai lu, je devais avoir 10 ans. Elle m’avait remuée. Histoire simple certes, mais en même temps si forte. Et pourquoi est-elle forte ?

Il s’agit d’un jeune couple, sans mauvaises intentions et sans faire rien de mal, renverse un enfant avec leur voiture. On se demande pourquoi. Pourquoi cela a t-il lieu ? Pourquoi le petit enfant innocent doit être victime d’un tel accident ? Pourquoi un jeune couple à qui l’avenir semble sourire, doit vivre avec le poids d’un tel acte sur la conscience pour le reste de leur vie ? On n’a pas de réponse. Parce que la vie peut être comme cela, cruelle, injuste et surtout incontrôlable.

Nous vivons dans une époque où nous voudrions tout contrôler. Et souvent, nous  pensons pouvoir le faire. Nous voudrions à tout pris éviter d’être amené dans l’inconnu. Dans notre société scientifique, nous contrôlons la mort par une médecine de plus en plus efficace, la vie par les contraceptifs, les accidents routiers par des systèmes de sécurité, nos journées grâce à nos « smart phones », et même nos sentiments par différentes techniques psychologiques.  Malgré cette volonté de vouloir tout contrôler toujours, il existe des moments où nous sommes « petits » et complètement impuissants devant la vie. Qu’est-ce qui ce passe lors de ces moments là ? Que sommes nous  alors quand on est obligé de faire face à la vie, aux personnes devant nous, et surtout à nous mêmes ?

Voilà des questions que je souhaite faire surgir dans ce film.

Dans l’histoire originale le couple est dépersonnalisé. Les personnages n’ont pas de noms et on ne sait rien d’eux, idem pour l’enfant, on ne sait même pas si c’est une fille ou un garçon. J’ai voulu donner un caractère aux personnages pour les rendre plus proches du spectateur et permettre ainsi une identification. Raymond et Marion sont deux jeunes adultes de leur temps, avec leurs rêves, leurs craintes et avec de l’amour de l’un envers l’autre.

J’ai délibérément laissé le scénario pauvre en dialogues. C’est plutôt des subtilités qui vont raconter l’histoire : les expressions de visage, les divers symboles qui apparaissent au fil de temps, comme la châle rouge de Marion, la couleur qui symbolise à la fois l’amour mais aussi le sang, ce qui prépare le spectateur à des émotions fortes. J’ai aussi choisi de laisser une grand place à la présence du ciel : le soleil qui brille fort et réchauffe, les nuages qui mènent aux changement et qui peuvent aussi assombrir et menacer. Le ciel est notre lien avec l’inconnu.

J’ai choisi Normandie comme lieu pour la narration parce que le paysage correspond à l’ambiance du film que j’ai voulu créer : une nature généreuse, des espaces ouverts, une beauté et tranquillité.  C’est un endroit où l’on n’attend pas des malheurs.

Comme le film mettra en avant l’ensemble des expressions du visage, je veux donner une importance particulière aux gros plans, ainsi qu’aux plans d’ensemble pour capter le magnifique décor et son ambiance.